2020-03-17

Coronavirus : précautions à prendre pour un vol plus sûr

Actualités Aviation
Coronavirus : précautions à prendre pour un vol plus sûr

TAGS : Gestion Des Risques


Partagez cette information :


À quoi doivent veiller les voyageurs pour se protéger du coronavirus ? Quels dangers les guettent à l’aéroport ? Et dans l’avion ? Lors de cet entretien avec Pro Sky, le docteur Markus Egert, professeur de microbiologie et d'hygiène à l'université de Furtwangen nous explique quelles mesures ont un sens et lesquelles sont inutiles.


Doit-on porter un masque dans l’avion ou à l’aéroport ?

Est-il nécessaire de porter un masque à bord de l’avion ou dans l’aéroport ?

« Ce n’est pas vraiment nécessaire, sauf si vous êtes vous-même malade. Le masque contribue à protéger les autres de son propre virus. En règle générale, les personnes saines ne doivent en porter un que si elles sont en contact fréquent avec des personnes ou des malades potentiels, comme c'est le cas des médecins par exemple. Dans le cas contraire, le port du masque peut être source de confusion et d'inquiétude. »

Les surfaces des avions et des aéroports présentent-elles un danger ?

Doit-on éviter de toucher les surfaces dans les avions et les aéroports ?

« Le risque d’infection est réel, mais il ne faut pas en avoir peur. Il est simplement important de se laver les mains. »

Quelle est la durée de vie du virus sur les surfaces ?

« Sur les surfaces, les virus ne deviennent pas inactifs en quelques minutes, ils peuvent survivre pendant plusieurs jours. Mais tout dépend du type de surface, le métal ou le plastique par exemple. Les surfaces nettoyées se comportent différemment des surfaces non nettoyées. Mais il est vrai que les surfaces touchées restent des vecteurs d’infection. »

Est-il alors logique de désinfecter les surfaces comme les dossiers des sièges et la tablette ?

« Cela ne peut pas faire de mal, mais c’est avant tout pour se donner bonne conscience. »

Pourtant, certaines compagnies aériennes désinfectent parfois l’intégralité des avions, est-ce donc exagéré ?

« Il s’agit ici avant tout de marketing. Un nettoyage normal est amplement suffisant, à l’exception des vols revenant d’une zone à risque ou si une personne infectée était à bord. Bien entendu, une désinfection ne peut pas faire de mal. Mais même sans cela, vous pouvez monter à bord sans inquiétude. »

De nombreuses personnes préfèrent maintenant l’enregistrement classique plutôt que l’enregistrement sur les bornes à écran tactile. Est-ce justifié ?

« En cas d’inquiétude à l’idée de toucher l’écran, la meilleure chose à faire ici aussi est de se laver les mains. L’enregistrement classique n’est pas forcément plus sûr. Peut-être que le personnel au comptoir est infecté, ou que l’on va rester plus longtemps dans la file d’attente et être potentiellement en contact avec des personnes infectées. Selon moi, les passagers peuvent utiliser sans crainte l’enregistrement sur les bornes en libre-service. »

Est-il alors recommandé de porter des gants ? « Je conseillerais plutôt aux voyageurs de se laver les mains. Les virus peuvent en effet rester sur les gants. Ils n’assurent donc pas une meilleure protection quand on se touche le visage. Et ils peuvent donner un faux sentiment de sécurité, qui limite la fréquence de lavage des mains. »

À quoi faut-il faire attention à bord et lors du choix de la place ?

Les passagers sont de plus en plus nombreux à demander une place côté fenêtre lors de l’enregistrement. Ces places sont-elles plus sûres, car plus isolées ?

« Ce n’est pas complètement illogique, ces places impliquent probablement bien moins de contact avec les autres passagers. Mais ce ne sont pas ces brefs contacts qui posent problème, mais bien davantage les personnes assises autour de vous. »

Quel est le niveau de proximité présentant un risque d'infection ?

« Pour être contagieuse, une personne doit être assise à proximité, je dirais à une distance d’une ou deux rangées. »

Quelle est la meilleure manière de réagir si une personne présentant un état grippal est assise à côté de moi ?

« Il est important de garder ses distances. De manière générale, l’équipage cherchera à déplacer cette personne et à lui faire porter un masque. Dans le cas contraire, vous pouvez le signaler gentiment. À part ça, vous ne pouvez pas faire grand-chose, à part demander à votre voisin de tousser dans son coude, vous tourner dans la direction opposée ou lire un journal en l'utilisant pour former un écran contre les postillons. »

À quel moment doit-on être le plus attentif ?

« Lors de l’embarquement, de la montée et de la descente de l’avion, dès qu’il y a de l’agitation, les personnes se rapprochent. Le plus grand danger, ce sont les autres passagers. Le problème vient du contact direct. »

Est-ce alors une bonne idée d’attendre le plus possible pour monter à bord ?

« Cela peut déjà aider. Mais il convient de respecter les instructions du personnel de bord. À ma connaissance, en fonction des scénarios sanitaires, un embarquement spécial sera peut-être nécessaire. »

L’air dans l’avion présente-t-il un danger ?

Les filtres à air à haute efficacité installés dans les avions peuvent-ils filtrer le virus ?

« Il existe plusieurs types de filtres, mais les filtres HEPA classiques purifient très bien l’air. À titre personnel, je doute que l’air ainsi produit soit aussi pur que celui d'une salle d’opération, mais là n’est pas la question. Ces filtres peuvent atteindre leur limite pour les virus ne mesurant que quelques centaines de nanomètres, mais l’important est néanmoins que les postillons soient filtrés, et c’est le cas. Il s’agit donc d’un avantage par rapport aux déplacements en bus ou en train. »

Si l’air des filtres HEPA est si pur, est-il logique d’activer la ventilation ?

« L’air ainsi traité est très propre, mais aussi très sec, ce qui est mauvais pour les muqueuses et donc, qui favorise l’infection. »

À quoi d’autre faut-il faire attention à bord d'un avion ?

Vaut-il mieux éviter de consommer les repas et les boissons à bord et amener ses propres aliments ?

« Non, à ma connaissance, aucune étude ne laisse supposer que cela puisse avoir un quelconque intérêt. »

Qu’en est-il des passages aux toilettes ? Semble-t-il logique d'éviter d’y aller pour limiter les contacts avec d’autres personnes ?

« Non, ce n’est pas du tout logique, aucune raison de se retenir. Mais bien entendu, il ne faut pas oublier de se laver les mains. »

Recommanderiez-vous de se laver les mains à bord indépendamment des passages aux toilettes ?

« Oui, le lavage des mains est notre protection la plus efficace face à ce virus. »

Certains passagers craignent qu’il n’y ait pas de savon à bord. Quelle serait alors la meilleure réaction ?

« Selon moi, c’est assez peu probable. Pour vous rassurer, vous pouvez emporter un flacon de désinfectant à main avec vous, ils tiennent facilement dans un bagage. Mais je n’aime pas spécialement cette solution. L’idéal serait de demander au personnel de bord s'il reste du savon. »

Quand la quarantaine est-elle sensée ?

On nous demande s’il est logique de mettre en quarantaine à domicile les passagers des vols revenant d'un pays présentant plus de cas de coronavirus. Votre avis sur la question ?

« La quarantaine à domicile ne doit être appliquée que pour les personnes revenant d’un pays ou d'une région considéré officiellement comme zone à risque par l’institut Robert Koch. Autrement, non. Il faut ici suivre les recommandations officielles. » 

Conseils de protection contre le coronavirus pendant vos voyages

Voici les recommandations du docteur Egert pour se protéger contre le virus à bord d’un avion ou dans un aéroport :

Gardez vos distances avec les passagers présentant des symptômes d'un état grippal (toux, rhume, etc.)

Veillez à l’hygiène de vos mains (en les nettoyant régulièrement et soigneusement)

Buvez beaucoup d’eau (en particulier, car l’air est sec dans les avions)

Essayez de vous détendre, car le stress affaiblit le système immunitaire

Vous voulez en savoir plus ? Dans le nouveau livre du docteur Egerts « Ein Keim kommt selten allein » (Un microbe arrive rarement seul), un chapitre complet est dédié aux microbes pendant les voyages, et notamment pendant les trajets en avion.

Crédit photo : les photos du docteur Markus Egert présentées dans cet article ont été prises par Britt Schilling


Plus d'infos sur ce sujet ?

Meynard

Gilles Meynard

Managing Director

PRO SKY France